Soyeux anniversaire

Publié le par Aimedjee

Qui l'eut cru ?  Pas moi en tout cas. Cela me paraissait improbable et pourtant... Un an déjà que l'Impermanente crachote ses mots sur la toile. Une aventure devenue si chère à mon coeur que je souhaite qu'elle grandisse et persiste encore. En toute simplicité.

A ce jour, vous êtes 1323 visiteurs à être passé par là. C'est énorme, enfin à mes yeux. Je me doute bien que, pour des blogueurs confirmés et reconnus, ce chiffre est une bagatelle. Mais quand j'imagine ces 1323 visiteurs - presque autant que le nombre d'habitants de mon village - devant mes yeux, mon sang ne fait qu'un tour et un doux vertige me chavire de joie. Il y a un an, jamais je n'aurais pensé avoir autant de lecteurs.

Le hasard des rencontres bloguesques a bien fait les choses, boostant les venues sur l'Impermanente. Ma gratitude à Coumarine et Célestine dont la notoriété grandement méritée a servi la fréquentation de ce blog. Ma reconnaissance émue à l'Ecrivain masqué, premièr(e) blogueur(se) à avoir écrit un commentaire. Je me souviens de mes cris stridents et battements de mains en découvrant ce premier retour. Ma bouteille à la mer venait d'être ramassée.

Puis d'autres visiteurs ont déposé des commentaires, dans l'ordre d'arrivée : Alain X, Mel, Pivoine, Mon Kaléidoscope, Cédric, Céher, Amande, Malou, La Divine, Blandine, Bonheur du Jour, Candide subjugué, Marie. A chaque fois, la même joie du partage, de l'échange. Ouf ! Ne pas écrire en vain, même pour une seule personne. Même pour ceux qui se taisent. Dans votre silence, les visiteurs anonymes, j'entends entre les lignes, la respiration de votre présence. Mille mercis à vous tous.

Pourtant, quelquefois mon ego se braque, fait la tête, quand je consulte les statistiques du jour et que le curseur des visiteurs est à zéro. Non, mais oh ??!! Vous êtes où là ??. Une pointe de vexation que je balaye très vite d'un coup de clavier. Vous ne pouvez pas être là tout le temps et puis, il y a ceux qui viennent et repartent illico, pas intéressés par l'Impermanente. Je ne leur en veux pas, on ne peut pas plaire à tout le monde et tout le temps. Je sais de quoi je parle, moi qui commence à peine à m'accepter. Et de quel droit j'attendrais votre venue alors que je déteste être attendue !

Au fond, je ne sais pas qui est l'Impermanente et ne cherche plus à le savoir. Je la sais multiple et de plus en plus forte au travers de sa fragilité. Je sais aussi qu'elle peut me surprendre au détour d'une phrase. Mais je sais surtout, qu'à force de vous côtoyer, elle craint de moins en moins ses peurs. Elle les regarde droit dans les yeux, comme autant de pierres noires cachant un soleil. 

Oui, ce bonheur de ne plus avoir peur de ses peurs, je vous le dois en grande partie, mes chers lecteurs. Excusez-moi cet adjectif possessif qui ne signifie pas que je ploie sous un instinct exacerbé de propriété. Il a le sens de vous prendre tous ensemble dans mes bras pour vous dire à quel point j'aime votre compagnie qui me pousse à sortir de ma réserve. Sans vous l'Impermanente n'aurait pas le coeur à exister. 

J'écris pour donner ce que j'exprime, j'écris pour vibrer jusqu'à vous, j'écris pour dire que je suis amoureuse de la vie avec tout ce qu'elle me donne, sans juger du pire ou du meilleur. Je n'écris pas pour devenir célèbre ou mettre du beurre dans les épinards, j'écris parce que je suis vivante et que vous l'êtes aussi et que rien ne vaut d'être dans la reliance par l'intermédiaire de ce que l'on sait faire de mieux.

L'Impermanente est une petite source de mots à laquelle je m'abreuve avec gourmandise et que j'aime à partager. Ces mots ont le goût de l'inattendu, de l'éphémère, peut-être déroutants, peut-être maladroits. Ils balbutient et trébuchent au fil de mon désir de les déposer là. Ils sont moi, je suis eux. Ils sont pour vous. Ils sont vous. Aussi.

 

 

Publié dans Entre nous

Commenter cet article

Ceher 02/03/2015 19:36

Bon anniversaire-euuuuuuu! Je découvre tes textes un peu tard pour cause d'hibernation, moi aussi, et encore une fois, je me glisse dans tes pantoufles en découvrant qu'on fait la même taille: tout ce que tu décris sur l'émotion du premier commentaire, du premier visiteur, des liens qui se tissent, j'ai ressenti la même petite boule dans la gorge que toi en passant par-là moi aussi.
Et pis j'ai eu c't'espèce de minute de fierté en me voyant parmi les noms amis que tu cites, alors tu penses, je me pavane et je parade dans tout l'appartement, maintenant!

Aimedjee 04/03/2015 10:23

Coucou Ceher, à l'heure où je t'écris, j'ai du soleil plein la vue. Tu le sens qui te chatouille le bout du nez et qui recommence à te rendre légère, légère ? Alors, ça y est, toi aussi tu redeploies tes ailes ! Ah mais oh ! Pas trop de pavanage et de paradage hein ?!!! Tu risques d'y laisser quelques plumes ! En même temps, se mettre à nu, ça fait du bien, c'est bon pour le bronzage. Attends, je m'étire un peu et je te fais de gros bisous.

Coumarine 12/01/2015 22:58

bien voilà! je me souviens du jour où je suis tombée chez toi par hasard, et où j'ai vu que tu citais des mots de Coumarine; je ne sais pas si tu te rends compte de l'effet que cela m'a fait...
J'ai d'emblée aimé ta façon d'écrire...
La vie a fait que hélas je me suis distanciée un peu (un peu seulement) des blogs..
Mais je te souhaite un bel anniversaire de un an d'écriture ici. Et si le coeur t'en dit... continue, j'en serai contente.
Je t'embrasse

Aimedjee 13/01/2015 22:19

Ah Coumarine, ma chère marraine Soleil ! Non, je ne pense pas me rendre compte de l'effet que cela t'a fait de lire tes mots sur l'Impermanente. Par contre, je me souviens de l'effet que cela m'a fait de me trouver citée sur ton blog ! Ce fut une bénédiction miraculeuse qui continue de m'émerveiller. Qu'importe la distance que tu as prise avec les blogs. Pour ma part, ce qui compte c'est de te savoir là, depuis que nos chemins se sont croisés. La relation existe c'est cela le plus important. Et c'est bien parce qu'il y a ces relations qui se tissent que je souhaite continuer l'aventure de l'Impermanente. Nous avons tant à apprendre des uns et des autres. Bisous tendres.

L'écrivain masqué 09/01/2015 11:34

Un an et déjà tu marches, tu cours, tu voles, tu virevoltes! Portée par ta générosité, ton amour pour les mots et pour les autres! J'oublie un moment l'actualité et ses événements tellement sombres pour te souhaiter un soyeux anniversaire aux couleurs de l'arc-en-ciel.
Longue route lumineuse à l'Impermanente!

Aimedjee 13/01/2015 22:02

Oui je marche, je cours, je vole et virevolte dans tous les sens. Cela me ressemble. J'aime aller dans tous les sens, car l'Essence peut se trouver partout où le vent nous mène. Il suffit de se laisser porter. J'aime les couleurs de l'Arc-en-Ciel et avec elles le blanc et le noir où toutes les couleurs se mêlent. Je souhaite moi aussi que l'Impermanente continue sa route et vais donc tout mettre en oeuvre pour qu'il en soit ainsi. Je t'embrasse dans la joie l'Ecrivain masqué.

Célestine 09/01/2015 00:18

Oh ma chère Aimedjee, un an déjà ! Et que ton anniversaire est ml tombé, serré dans les griffes d'une actualité dévorante et horrible...
je te le souhaite quand même heureux et soyeux, de tout coeur.
j'espère que tu continueras l'aventure.
je t'embrasse.
¸¸.•*¨*• ☆

Aimedjee 13/01/2015 21:50

Coucou Célestine. Les événements douloureux ne choisissent pas les bons moments pour se manifester, hélas. Il est vrai que l'anniversaire de l'Impermanente a fait place à une actualité sanglante. Ma joie du jour s'est transformée en un mélange de tristesse et de colère. Et puis je me suis dis qu'il fallait que je balaye encore plus devant ma porte si je souhaitais mettre davantage de lumière dans ce monde. Y a du boulot et l'Impermanente est là pour m'aider avec tous ses lecteurs. Je nous aime.

Pivoine 07/01/2015 20:40

Eh bien, bon anniversaire, Aimedjee... Et merci pour ton petit mot chez moi... Meilleurs voeux pour 2015.

Aimedjee 13/01/2015 21:28

Merci Pivoine. Bien évidemment cet anniversaire a pris une autre tournure. Je venais de publier ce billet quand j'ai appris la nouvelle... Depuis, je ne cesse d'en tirer des leçons... A tout bientôt...