Voix libre

Publié le par Aimedjee

Pas d'inquiétude, ce n'est qu'un faux silence. Car les mots, s'ils ne se disent pas ici, sur l'Impermanente, se disent ailleurs et autrement. 
Je ne me suis pas retirée. Des opportunités m'ont été proposées et je les ai saisies. Peu à peu, je découvre le monde qui m'habite et tente de le donner en partage.
Depuis la séparation d'avec mon dernier fils, un espace de liberté s'est ouvert et m'amène, au fur et à mesure des circonstances, à me révéler.
Car cette année qui s'achève a été, sans conteste, celle de la révélation. Emergeant avec la création de ce blog en janvier, elle s'est confirmée par ma voix donnée en spectacle au courant des mois d'avril,  octobre et décembre.
Des personnes qui me sont chères ont vu en moi ce que je n'osais point voir, le champ de mes possibles, comme une évidence. Leur confiance m'a portée au-delà de mes doutes, ces limites derrière lesquelles je me réfugis, frontières protectrices mais sclérosantes.
C'est en avril, que ma voix fut mise à nu.  Mon mari avait exprimé clairement son désir de m'entendre lire un de mes poèmes, à l'occasion de l'anniversaire de Jan, ami de fraîche date. Troublée par cette demande explicite, je me suis piqué au jeu. 
Le jour dit, tremblant de la tête aux pieds, je laissai sortir les mots portés par toute l'émotion dont je me sentais capable. Et la magie opéra. Je le compris quand Jan, ému, et certains des convives vinrent me féliciter et me dire à quel point ils avaient été touchés. 
L'été arriva, Jan nous présenta un projet auquel il souhaitait que nous participions mon mari et moi-même : un spectacle dans lequel il m'encouragea à lire ses poèmes. J'acceptai sans trop me poser de questions. Jan avait apprécié ma prestation au printemps, il croyait en mon potentiel. Même si c'était loin d'être mon cas, je me lançai dans la préparation de ce spectacle, à la confluence de mes craintes et de mes désirs.
En octobre, le spectacle fut présenté une seule fois. Là aussi, les retours que j'accueillis ébranlèrent mes doutes. Des spectateurs me prenaient pour une professionnelle et tombèrent des nues quand je leur avouai que je venais à peine de mettre les pieds dans l'amateurisme.
Début novembre, je reçus un mail de Marie, danseuse qui avait participé au spectacle précédent. Elle me proposait d'être la conteuse dans sa prochaine création qui serait présentée en décembre, dans deux villes différentes. 
Ce n'est pas la flatterie, qui une fois de plus me fit accepter ce projet, la confiance renouvelée m'incita à dépasser ma frileuse estime.
Une fois de plus, je partis en répétitions, avec par moments, la trouille de décevoir ou pire, de ne pas y arriver. Et les jours J, je parvins à donner tout ce que je pouvais dans l'instant. Encore une fois, les échanges avec le public me confirmèrent que ma voix semblait être un véhicule émotionnel non négligeable. 
Aujourd'hui, je me dis : à quoi bon lutter devant l'évidence qui s'impose peu à peu. A travers cette voix, j'ai quelque chose à donner. Son timbre qui me colle à la peau est la résonnance de ce que je suis.
Maintenant que mon rôle de mère est plus épisodique, je prends cet autre chemin que m'indique la vie. Chemin tout tracé par les mots, écrits ou dits, que je souhaite énoncer au plus vrai de ce que je suis, comme s'ils coulaient d'une source essentielle.
Alors, si quelquefois, les mots de l'Impermanente semblent se taire, c'est qu'ils virevoltent, l'air de rien, vers d'autres horizons pour mieux vous revenir. Je vous l'ai déjà signifié, je suis papillonnante et imprévisible.
Ne m'attendez pas, car percevoir l'attente me fait fuir. Ne m'attendez pas et je vous serai d'autant plus présente.

Publié dans Entre nous

Commenter cet article

L'écrivain masqué 28/12/2014 13:35

Bravo Aimedjee!
Je m'émerveille de constater que la vie déroule toujours un tapis de belles surprises (des surprises qui n'en sont pas vraiment car elles correspondent à un cheminement, qui sont des occasions de se réaliser, de peau-finer ce que l'on est réellement ) à ceux qui ont une voix authentique. Que cette nouvelle année et les autres à venir portent ta voix haut et loin!
Bons baisers chocolatés!

Aimedjee 02/01/2015 17:12

Merci pour tes encouragements l'écrivain masquée. C'est toujours avec beaucoup d'émotions que j'accueille les paroles bienveillantes d'autrui sur ma petite personne. La petite fille intérieure a encore besoin qu'on l'aide à croire en elle. Peu à peu, l'adulte que je suis parvient, en traversant ses doutes, à l'encourager aussi.
Que cette année te mette toujours les mots à portée de ton coeur, toi qui sais si bien les caresser. Je t'embrasse avec ma moustache toute pralinée.