Aux heures de l'hiver

Publié le par Aimedjee

Quand la brume descendra dans la vallée, étalant sa ouate argentée à la lisière de l’hiver, elle voudrait se vêtir d’une peau de bête bougonne.

Un vent frisquet soufflant entre les interstices des murs glacés, l’inviterait alors à se calfeutrer dans une caverne profonde, à se blottir dans une tanière tapissée de paille revêche. Elle fermerait les yeux sur le monde devenu trop froid et ses oreilles n’entendraient plus que le bruit de son cœur palpitant au ralenti. Tandis que de son souffle ne s’échapperait qu’un filet de vie, elle se recroquevillerait sur son corps frileux pour garder en mémoire la chaleur des jours meilleurs.

Elle aurait cessé de manger avec gourmandise mets et ripailles et aurait tourné sept fois la langue dans sa bouche avant de rester sur sa faim. De ses lèvres, aucun mot ne serait plus prononcé. Elle deviendrait muette dans le silence de son refuge. S'enfonçant dans le sommeil hivernal, elle se protègerait du marasme qui l'emporte chaque année aux portes de sa part sombre.

Enfin, le temps suspendu, elle serait celle dans le bois, dormant, indifférente à la folie des horloges, heureuse d’être au fond de son trou noir, perdue en soi  jusqu’à oublier d’exister.  

Et puis, elle se réveillerait un beau matin de printemps, fraîche et disposée à reprendre le chemin insensé de cette vie qui s’échappe si vite.

Mais l’infini du temps n'a pas de saisons. C'est pourquoi, il n'est pas dit que l'hiver aura prise sur la louve humaine.

Photo tirée du Net - http://lechantdesarbres.over-blog.com/article-louve-108149773.html

Photo tirée du Net - http://lechantdesarbres.over-blog.com/article-louve-108149773.html

Publié dans Extraits d'ordinaire

Commenter cet article

Celestine 27/10/2014 00:36

C'est vrai que l'hiver donne souvent envie de se pelotonner et d'attendre le printemps...
Mais la vie c'est maintenant et l'on ne peut plus en perdre une miette, même sombre et froide.
C'est si bien décrit, Aimedjee !

Aimedjee 27/10/2014 21:10

Je ne sais plus que dire qu'un ENORME MERCI tout rougissant... Bisous chauds et doux Célestine...

Marie 26/10/2014 14:23

Texte magnifique qui valait bien qu'on attende un peu le retour de la louve humaine...

Puisse-t'elle se retrouver.

Une passante habituellement silencieuse

Aimedjee 27/10/2014 21:04

Etre de passage ici est déjà si bon pour l'Impermanente. Les mots sont un bonus qu'elle savoure avec chaleur. Ils sont déposés sans contrainte et c'est tant mieux. A tout bientôt, Marie... Même dans le silence...